Ensemble on cause pour la cause

#Bell cause pour la cause

Cela fait quelques années que vers la fin janvier, nous sommes bombardés de partage sur les réseaux sociaux, que les vedettes se mettent de la partie, pour quelle raison déjà?

Et oui, pour lutter contre la stigmatisation qui entoure la santé mentale. En gros, ce que ça veut dire, c'est qu'il faut en parler assez pour que le sujet ne soit plus tabou et que les gens osent demander de l'aide plutôt que de se renfermer avec cette détresse intérieure, car même si on a fait du chemin depuis quelques années, le combat n'est pas gagné et certains ont encore honte de se confier.

Surtout, si dans notre entourage nous avons entendus à répétition des phrases tel que : ''Ça existe pas, c'est dans ta tête!'', ''Voyons, t'es plus fort que ça!'', '' Dans le fond, il veut juste pas travailler!''.

Alors comme nous avons peur du jugement des autres, nous essayons de tasser ça dans un coin en se disant que ça va passer....

Et si demain matin, dans ta voiture, tous les clignotants du tableau de bord étaient allumés, tu ferais quoi? Tu continuerais ton chemin en espérant que tout entre dans l'ordre tout seul? Bien sûr que non, tu appellerais au garage pour avoir un rendez-vous le plus vite possible, parce qu'on va se le dire, tu en as besoin pour aller travailler demain, ton auto!

Alors pourquoi, quand il est question de nous-même, nous laissons allé?

Avec la pensée magique que tout va s'arranger tout seul, pas la peine de s'en occuper...

Votre corps (votre tête en fait partie) est votre véhicule de tous les jours, celui qui devrait être mis en priorité.

Il y a quelques années, la vie m'a fait cette ''jambette'' (La dépression).

À cette époque, je brûlais la chandelle par les deux bouts, en me disant que je voulais profiter de la vie au maximum, le stress dans le tapis à tous les jours.... L'épuisement s'en est suivi.

J'ai eu à plusieurs reprises, des petits clignotants pour m'avertir que quelque chose n'allait pas, mais j'étais dans le déni...

Quand le médecin, m'a prescrit un arrêt de travail et de la médication, j'ai ressenti de la honte, le sentiment de ne pas être à la hauteur, la peur du jugement des autres.... Moi qui m'étais tellement longtemps cachée sous un masque, j'allais être démasquée, on me verrait maintenant sous mon vrai jour. On allait se rendre compte que j'étais humaine, c'est à dire faillible et imparfaite!

Mais comme à ce moment là je n'avais plus rien à perdre, car la vie pour moi n'avait plus aucune saveur, j'ai accepté l'aide qui m'a été offerte et je me suis aperçue qu'il y avait beaucoup de gens qui tenaient à moi et qui ne voulaient que mon bien-être. Ma famille m'a épaulé, mon conjoint est devenu le pilier dans la maisonnée, mon employeur m'a soutenu, mes collègues aussi.

Et plus j'osais briser le silence sur ce que je vivais, plus ça incitait les autres à faire de même, donc on faisait tomber les tabous et on se rapprochait de l'essence de la vie qui est ''d'être'' tout simplement.

Plus j'avançais dans ma guérison, plus les façades que j'avais érigées depuis des années, tombaient et laissait place à la fille, la femme, la mère, la conjointe ... imparfaite et bien dans sa peau, car maintenant je n'ai plus besoin de me regarder au travers le regard de l'autre, je fais mes choix selon mes valeurs, mes principes et je sais que le matin, lorsque je me lève, je suis une meilleure version de ce que j'étais hier et que tout est possible.

Osez en parler, pour faire tomber les tabous sur la maladie mentale, car nous sommes tous à risque d'y être confronté un jour ou l'autre, que ce soit votre frère, votre sœur, vos parents, votre garçon, votre fille, un(e) ami(e) ou vous même.

Si un de vos proches ou vous même, vivez des difficultés, aller chercher de l'aide d'un professionnel pour traverser cette période (Psychologue, thérapeute, CLSC....)


Sylvie Racine, Thérapeute spécialisée en gestion des émotions

Pour en connaître plus sur les maladies mentales, visitez le https://www.quebec.ca #bellcausepourlacause



160 vues

© 2020 par MonKalyan